Déposer un commentaire

Ledru Jean-Pierre a écrit le 18/05/2012 à 16h33

j'ai trouvé une affaire similaire dans les delib. du conseil munic. du Havre du 25/6/1791.
Il s'agit du "Ville de Hambourg" cap; Huze (ou Heize); d'après un témoignage ce bâtiment aurait eu à son bord des espèces et de l'or...
Le capitaine avait déjoué les contrôles et avait réussi a appareiller dans la nuit... Je peux vous envoyer l'extrait. salutations JPL

syga76 a écrit le 01/06/2011 à 23h08

je voudrais apporter un renseignement qui aura certainement son importance...mon père decédé parlait souvent du "télémaque" et il il a passé toute sa carriere assis dans un bureau en face ...et il disait que durant les années 65 - 70; je me souviens plus en quelle année ; qu'une equipe de plongeurs avaient remonté pleins de choses durant quelques jours et ils avaient l'air d'être bien au courant et tres content !! ... il avait même pris ses jumelles pour les observer....pour lui il était convaincu qu'is n'étaient pas repartis bredouille !!!!

Liliane a écrit le 30/12/2010 à 18h24

M Langlois et moi-même, nous aimerions savoir où sont passés les objets remontés lors des recherches et qui ont été exposés à l'hôtel de la Marine.

Billy Boyo a écrit le 17/12/2010 à 12h38

Sa note :8.5/10

Bonjour,
Juste une reflexion personnelle...
On est pas capable de retrouver un trésor enfouit par moins de 10m de profondeur...
ça me fait rire, tout cela ressemble plutot à une arnaque pour plumer des actionnaires crédules ....
malgré tout un article très sympa à lire, d'autant plus que de mon bureau je vois presque le lieu du naufrage !

NonSanctus a écrit le 19/08/2010 à 11h22

Nous étions deux à avoir choisi cette option discrète d'embarquer de nuit sur ce petit bateau aux propriétaires sensibles à notre cause. Or le navire ne quitta pas l'ancre. Un homme vint chercher nos affaires pour les prendre à son bord, de l'autre côté de la rive. Il possédait un bâtiment conçu pour le transport et c'est avec 2 grosses barques qu'ils sont venus cette même nuit.
Les flots étaient agités, les lumières proches. Les affaires chargées, pourquoi ne nous a-t-on pas embarqué ? Nos biens étaient répartis sur deux barques trop enlourdées qui s'enfonçaient. Aucune chance de parvenir au point d'amarrage ! Je les ai vu sombrer. Toute ma fortune lentement engloutie par les flots et ce capitaine debout sur mes biens saisissant cordes et chaînes tendues depuis son navire pour les accrocher aux caisses et barques.
Je suis là, à attendre : où sont mes biens ?! Vêtements, parures, effets et ors. Qui représentent pour moi l'équivalent pour vous aujourd'hui de deux grosses malles de voyage bourrées de billets.
Le capitaine nauffrageur involontaire se doit de les retrouver mais je ne sais où il est. Lui saurait où fouiller. A défaut, je cherche des personnes de confiance qui veulent bien m'écouter. Mais la tâche n'est pas aisée.
J'ai vu des hommes tendre des chaînes. Mais, stupeur : ils cherchaient autre chose. A quelques mètres de mes affaires. Et ne trouvaient rien de valeur. Puis, d'autres hommes vinrent, bâtirent une sorte de pont de bois où un ecclésiaste et ses jeunes ouailles passèrent. En vain. Ensuite, un homme plongea et élargit la fouille. Il trouva quelques pièces de petite valeur. C'est alors qu'un salut allemand résonna dans l'air comme un coup de fouet et tout stoppa.
Aujourd'hui je ne reconnais pas les lieux et j'attends, debout sur la berge.

RIP

aubry marc a écrit le 07/07/2009 à 23h47

Sa note :9/10

Je suis surpris que personne ne parle des canons remontés avant 1955, déposés côté Port-Jérôme, au niveau du garage Dutot, qui avaient bouché la dragueuse, canons que mon père, qui travaillait a la Mobil, m'a enmené voir un dimanche matin avec mon frère, ces canons auraient été mis au musée à Rouen, je pense que nous avions été pris en photo sur les canons.

Ajouter un commentaire

Champs obligatoires

@

Votre note :

Etres informé par e-mail des nouveaux commentaires ?

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.