Aller au contenu

           

FORUM APBAT : Quelle APBAT pour demain ?

Message

DomiLafon
Vieux routier du site

Voir plus


Date du message : samedi 12 février 2011 à 18h13


Il y a presque 1 an, je prenais la présidence de l’Amicale. Un délai sans doute nécessaire pour débattre et définir au sein du Comité quelle APBAT serait au service du Berger Allemand.

Je n’aurais pu continuer plus en avant cette tache sans un soutien quasi unanime des administrateurs aux valeurs ayant conduit la création de l’Amicale. De cette année 2000, j’ai pour ma part, gardé l’idée d’un vrai plaidoyer pour le berger allemand de travail. Pour ce qu’il est de sa construction physique, de son courage, de sa pugnacité, de son adaptation à apprendre et à réciter, de tout ce qui fera de lui un vrai représentant des disciplines sportives.

Notre Amicale doit rester une vitrine pour toutes les disciplines reconnues par la SCC dans lesquelles le Berger Allemand est présent. Avec grand plaisir nous poursuivrons notre quête au but de ramener les témoignages des meilleures prestations de ce chien pour lequel nous sommes si attachés. La passion ne nait-elle pas souvent en s’appropriant la quintessence de l’art ?

Encourager les postulants à la compétition c’est continuer, autant que faire se peut, de mettre à disposition des initiatives de type stages, ateliers, animées par des intervenants alliant compétence et pédagogie.. Mais c’est aussi faire la démonstration des qualités incontournables dont le Berger Allemand doit être doté. C’est raisonnablement orienter leurs choix vers une sélection adaptée.

En termes de disciplines sportives, la rivalité n’est pas au sein de notre race, mais bien avec celles admises à concourir. Là où sont les meilleurs chez « les autres » nous autres fervents défenseurs du Berger Allemand, devons répondre.

Nous avons dans nos rangs des amoureux inconditionnels qui sélectionnent, produisent, élèvent des souches ayant fait leur preuve en compétition. C’est vers ceux-là que nous nous tournons prioritairement. Trop placent leurs chiots chez des particuliers qui jamais ne fouleront les terrains des Clubs. Quel dommage, quel regret, et même parfois quel gâchis !

L’APBAT doit combattre l’idée et l’image d’un Berger Allemand gros lourdaud lymphatique, non demandeur d’action voire timoré. Rien dans notre démarche ou dans nos propos ne saura ridiculiser la race de chiens que nous aimons.

Le travail restera notre domaine de prédilection. Là est notre passion, là sera notre essentiel message.

Dominique LAFON

Message

Berneuil
Visiteur


Date du message : jeudi 17 février 2011 à 09h25


En tant que fondateur de l'APBAT, je me permets de donner mon aval sans condition aux idées de notre Présidente.
L'APBAT doit vivre et continuer son action en fédérant tous ceux qui travaillent avec un BA dans les compétitions reconnues par la SCC, elle se doit d'aider par des actions ponctuelles (stages, challenges, regroupement) tous les compétiteurs de BA, elle doit favoriser la mise en valeur des souches et des élevages qui tendent à posséder des qualités en adéquation avec ce que le sport canin exige ( chien demandeur, équilibré, sociable, dynamique, de gabarit moyen, exempt de tares invalidentes, courageux dans les situations nouvelles et courageux au travail, supportant la chaleur, possèdant des aptitudes pour le saut, sachant restituer les acquis etc.)
Pour ce faire, l'APBAT a mis en place des moyens qui sont proportionnels à ses possibilités. On ne construit pas un palace avec un petit salaire! Désolé de retomber sur des considérations mercantiles mais hélas incontournables. Il est vital que tous les habitués de ce site, que toutes les personnes qui se reconnaissent dans l'éthique de l'APBAT, que tous les sympatisants du BA de travail nous rejoignent en adhèrant. Quinze euros, un petit courrier simple avec vos coordonnées, ( au diable les feuilles d'adhésion parfois trop longues à remplir), le tout adressé à notre Présidente ( Dominique Lafon 28700 Umpeau) et voici une contribution guère onéreuse qui nous permettra d'aller encore plus loin.

Daniel Berneuil

Haut de page