Aller au contenu
           

Maria Valtorta : L'Evolution de la conception du Salut

Message

Jean Paul
Visiteur


Date du message : dimanche 10 juin 2018 à 22h07


Jésus est-il venu initialement sur terre pour ne sauver que les juifs qui appliquaient bien mal les commandements de son Père ou pour sauver le monde ?. On peut s'interroger quand on lit ce passage de Saint Matthieu 22-23-24 :

Alors une femme cananéenne qui venait de cette région lui cria : « Aie pitié de moi, Seigneur, Fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée par un démon. » Il ne lui répondit pas un mot ; ses disciples s'approchèrent et lui demandèrent : « Renvoie-la, car elle crie derrière nous. » Il répondit : « Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la communauté d'Israël. »

Passage en accord avec les visions de Maria Valtorta dans le chap 311 § 246-248 du Tome 5 :
Une veuve supplie Jésus :
«Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma petite fille est toute tourmentée par le démon qui lui fait commettre des choses honteuses.
Les habitants de la maison lui disent :
«Résigne-toi ! Il ne veut pas t'écouter. Il l'a dit : c'est pour les fils d'Israël qu'il est venu...»
«Tais-toi, femme, et retourne chez toi ! Je l'ai déjà dit: "C'est pour les brebis d'Israël que je suis venu." Pour guérir les malades et rechercher celles qui sont perdues. Toi, tu n'es pas d'Israël. »

La relation de Dieu avec l'humanité a toujours été incompréhensible ! Pourquoi Dieu a-t-il donné sa préférence au peuple juif ?
Ce passage du deutéronome 7.7-9 ne donne pas explication sur ce choix divin mais atteste de la fidélité de Dieu vis-à-vis de ce peuple

« Ce n’est pas parce que vous dépassez tous les peuples en nombre que l’Éternel s’est attaché à vous et vous a choisis. En effet, vous êtes le plus petit de tous les peuples. Mais c’est parce que l’Éternel vous aime, parce qu’il a voulu tenir le serment qu’il avait fait à vos ancêtres, qu’il vous a fait sortir par sa main puissante et vous a délivrés de la maison d’esclavage, de la main du pharaon, roi d’Égypte. Sache donc que c’est l’Éternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa bonté jusqu’à la millième génération envers ceux qui l’aiment et qui respectent ses commandements. »

Dieu aurait-il donné comme mission à son Fils de sauver seulement ce peuple élu ?. La réplique cinglante de Jésus à cette veuve :
« Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues de la communauté d'Israël. »
semble le confirmer.
Le problème de l'extension du salut aux non juifs a d'ailleurs fait l'objet d'âpres débats au sein même des apôtres et c'est finalement Saint Paul, un non juif, non apôtre, ancien adversaire du Christianisme, non témoin oculaire qui a réussi à les convaincre en leur faisant accepter le concept du nivellement des races et des nationalités en face du salut .
Jésus aurait-il, au cours de sa mission terrestre, évolué sur son objectif qui était initialement de sauver le Peuple Elu pour étendre le salut à toute la terre ?

Amitiés à tous

Jean Paul

Message

Richard
Visiteur


Date du message : jeudi 14 juin 2018 à 21h23


Bonjour Jean-Paul :
Les exemples selon lesquels Jésus est venu pour sauver les hommes sans distinctions de races sont extrêmement nombreux et tu le sais. Mais ce passage que tu relèves est à lire avec une certaine méditation, qui à la fin (pour moi) ne me laisse pas d’interrogations.
Pour commencer si tu lis bien le chapitre au début Jonas, dans son dialogue avec Jude, y fait déjà allusion. Je t’en mets quelques extraits : C'est une femme d'un village d'au-delà de la frontière…. les villages sont si voisins... et la vallée appartient à tous. Et puis, moi je pense qu'il ne faut pas être cruel avec ses voisins, même phéniciens, pour servir le Seigneur. Je peux me tromper mais... - C'est aussi ce que le Maître dit toujours : qu'il faut avoir pitié de tous.
Jésus profite de la présence de ses apôtres pour répondre ainsi. Je pense que s’il avait était seul il n’aurait pas agit de cette façon. Sinon il se contredirait puisqu’il dit : qu'il faut avoir pitié de tous.
Donc cela était intentionnel, les juifs comme les apôtres (qui en sont encore au début de leur formation) ne voyaient qu’un messie, qu’un roi pour eux seul. Jésus voulait leur faire comprendre que les peuples alentours étaient croyants eux aussi. Certes ils n’avaient pas étaient choisi par Dieu donc ils nourrissaient leur foi selon ce qu’ils entendaient par ci par là récoltant les miettes de ce que le peuple élu leur donnait. En réalisant ce miracle pour cette veuve étrangère Jésus leur à fait comprendre qu’il était venu pour tout le monde sans exception. Il fallait bien qu’il parle comme eux ( mais qu’il n’agit pas comme eux) C'est pour les brebis d'Israël que je suis venu." Pour guérir les malades et rechercher celles qui sont perdues. Toi, tu n'es pas d'Israël.) pour leur faire comprendre que la foi n’a pas de frontière ni de préjugés sur les races ou la couleur de peau. Personnellement je trouve cette leçon exemplaire, parfaite !! Il fallait une telle leçon pour que les apôtres comprennent. C’est encore mieux qu’une parabole puisque c’est un exemple réel.

Dans ta deuxième question : Pourquoi Dieu a-t-il donné sa préférence au peuple juif ?
Voici ce que j’en pense :
Quand Adam fut créé c’était le paradis sur terre et il se trouvait à cet endroit prédestiné pour tous les hommes, puis arriva la déchéance et de descendance en descendance on arrive à Abraham qui se trouve lui dans une région qui n’était pas celle où avait été créé le paradis donc Dieu le fait revenir là où il doit s’établir avec comme promesse une descendance qui sera nombreuse. La suite de l’histoire tu la connais. Le peuple qui descendit de la lignée d’Abraham fut donc logiquement les gens qui étaient là en ce pays et qui devint le peuple Juif. Il fera la même chose avec Moïse en ramenant le peuple là où il doit être : Mais c’est parce que l’Éternel vous aime, parce qu’il a voulu tenir le serment qu’il avait fait à vos ancêtres, qu’il vous a fait sortir par sa main puissante et vous a délivrés de la maison d’esclavage, de la main du pharaon, roi d’Égypte.
Il faut comprendre que Dieu devait bien commencer quelque part, ce qui fut fait avec l’endroit où il créa le paradis sur terre et donc avec les gens qui s’y trouvaient par la suite. Dieu n’a jamais dit que cela ne concernait que ce peuple là, il commença par là. Mais eux le peuple élu pensait le contraire, que le très haut était rien que pour eux pas pour les gentils, les païens etc…
Dieu n’a pas donner mission à son Fils de sauver uniquement ce peuple, puisqu’il à créé l’homme, tous les hommes égaux. Il ne peut donc pas faire de différence entre la femme cananéenne et une femme juive. Je te mets ci-dessous pour rappel la réponse de Jésus à l’essénien.

Parce que toi, en disant cela, tu admets mentalement que Dieu est injuste envers ses créatures. Il les a créées de la même façon et avec un même amour. Lui est Père. Parfait en sa paternité comme en toute autre chose. Comment alors peut-Il faire des différences, et quand un homme est conçu le maudire alors qu'il n'est qu'un innocent embryon ?
Pour conclure on peut présumer que Jésus mets les apôtres et les disciples (selon une expression bien connu) au pied du mur ou devant leurs préjugés.
Amitiés Jean Paul
Richard

Message

Yeshurun
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 13 août 2018 à 21h25


Bonjour,

Le Seigneur s’est éloigné sans paraître écouter cette mère, croyante, humiliée, parce qu’elle avait commis des péchés graves ayant fait d’elle une disgraciée.
Elle a dit au Seigneur que le démon faisait commettre à sa petite fille des choses honteuses, qu’elle en recevait du mépris de tous, mais elle n’a pas dit au Seigneur ses péchés. Le Seigneur lui a donné l’occasion de parler ; elle a continué de s’humilier mais sans avouer un seul péché.
Le Seigneur l’a poussée à parler en évoquant son mal : « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants de la maison et de le jeter aux chiens de la rue. » ; elle a alors reconnu son mal en reprenant les derniers mots du Seigneur « de chien de la rue … ».
Le Seigneur l’a aidée à dire une parole de justice pour mériter la grâce, en ajoutant : « Il n'est pas bien de jeter le pain des enfants aux chiens. » ; elle a dit cette parole : « Je ne te demande pas de me traiter comme une fille et de me faire asseoir à ta table ... ». Le Seigneur a alors accordé la délivrance pour sa petite fille, et, à elle, de savoir « à l'avenir être fille, assise à la table du Père ».
En conclusion.
Le Seigneur a été envoyé vers l’humanité — Israël, tout homme étant fils d’Adam —, comme le dit sa parole de jugement à cette mère cananéenne : « Sache à l'avenir être fille, assise à la table du Père ».
Du reste, elle a su Lui dire la grande vérité qui L’a consolé, que tant de Juifs n’ont pas comprise, à propos de sa Royauté (625 Dimanche de la Résurrection : Jésus apparaît aux disciples d'Emmaüs.) : « Seigneur, Seigneur, tu es le Maître de tout, de la grâce comme du monde. ».

Yeshurun Yohamyriyech

Haut de page