Aller au contenu
           

Maria Valtorta : La femme usine de reproduction !

Message

JeanPaul
Membre

Voir plus


Date du message : samedi 27 octobre 2018 à 23h18


Quelle différence voyez-vous entre cette sourate du Coran :
« Vos femmes sont pour vous comme un champ de culture ou de labour; allez donc à vos champs comme vous l’entendez » Coran 2 ;223.
et ce passage tiré des visions de Maria Valtorta ? :
L’homme c’est la semence, la femme c’est la terre, l’épi c’est l’enfant. Se refuser à faire l’épi et perdre vicieusement sa force, c’est une faute. C’est une prostitution, commise sur le lit nuptial, mais en rien différente d’une autre, aggravée même par la désobéissance au commandement qui dit : “Soyez une seule chair et multipliez-vous dans vos enfants”.
Vous voyez donc, ô femmes volontairement stériles, épouses légales et honnêtes, non pas aux yeux de Dieu mais aux yeux du monde, que malgré cela vous pouvez être comme des prostituées et commettre également l’impureté, tout en étant avec votre seul mari, parce que ce n’est pas la maternité mais le plaisir que vous cherchez et bien trop souvent
.
Tome 2 chap 90 § 523

Personnellement, je ne vois hélas pas beaucoup de différence.
Comment voulez-vous qu'un croyant puisse aujourd'hui défendre de tels préceptes ravalant l'acte sexuel à un simple coït !. Ces préceptes vont à l'encontre de notre nature humaine où la fusion en une seule chair entre un homme et une femme est une utopie que le filtre d'amour du sacrement du mariage n'a jamais pu changer en réalité : en témoignent le nombre des divorces et les dérives comme l'homosexualité ou le lesbianisme. Ces préceptes vont aussi à l'encontre des mesures sanitaires ( sida … ) des lois économiques qui nous gouvernent et qui nous annoncent des lendemains douloureux avec une planète surpeuplée agitée par des mouvements violents de population déjà amorcés ( immigration vers les contrées riches ).

Je m'interroge aussi sur le fait que Jésus étant bel homme n'ait jamais parlé de ses tentations en la matière. Il est vrai que l'on sait pratiquement rien sur sa vie cachée.

Amitiés

Jean Paul

Message

Jean-Marie
Membre

Voir plus


Date du message : dimanche 28 octobre 2018 à 07h18


Jésus parle de ses tentations en 2.32 lors d'un long dialogue avec Judas, et du moyen de s'en préserver : la prière.

"Tu n'as jamais été tenté ?"

"J'ai 30 ans, Judas. Je n'ai pas vécu dans une caverne sur une montagne, mais parmi les hommes. Même si j'avais été dans l'endroit le plus solitaire de la terre, crois-tu que les tentations ne seraient pas venues ? Nous avons tout en nous : le bien et le mal. Tout nous les portons avec nous. Sur le bien souffle le souffle de Dieu et il l'avive comme un encensoir d'agréables et sacrés parfums. Sur le mal souffle Satan et il en fait un bûcher de flammes féroces. Mais la volonté attentive et la prière constante sont comme un sable humide sur les flammes infernales, elles l'étouffent et en triomphent."[4]

"Mais si tu n'as jamais péché, comment peux-tu juger les pécheurs !"

"Je suis homme et je suis Fils de Dieu. Ce que je pourrais ignorer comme homme et en mal juger, je le connais et j'en juge comme Fils de Dieu. Et du reste !... Judas, réponds à cette question que je te pose : quelqu'un qui a faim, souffre-t-il plus en disant : "Maintenant je m'assieds à table", ou en disant : "Il n'y a pas de nourriture pour moi ?"

"Il souffre plus dans le second cas, car le seul fait de s'en savoir privé, lui ramène l'odeur des mets et les viscères se tordent de désir."

"Voilà : la tentation vous mord comme ce désir, Judas. Satan le rend plus aigu, plus précis, plus séduisant que tout assouvissement. En outre, l'acte apporte une satisfaction et parfois le dégoût, tandis que la tentation ne faiblit pas, mais comme un arbre qu'on a taillé développe une plus abondante floraison."

"Et tu n'as jamais cédé ?"

"Je n'ai jamais cédé."

"Comment as-tu pu ?"

"J'ai dit : "Mon Père, ne m'induis pas en tentation".

Message

luigi
Membre

Voir plus


Date du message : dimanche 28 octobre 2018 à 22h03


.

Jean Paul :

Personnellement, je ne vois hélas pas beaucoup de différence.
Comment voulez-vous qu'un croyant puisse aujourd'hui défendre de tels préceptes ravalant l'acte sexuel à un simple coït !. Ces préceptes vont à l'encontre de notre nature humaine où la fusion en une seule chair entre un homme et une femme est une utopie que le filtre d'amour du sacrement du mariage n'a jamais pu changer en réalité : en témoignent le nombre des divorces et les dérives comme l'homosexualité ou le lesbianisme. Ces préceptes vont aussi à l'encontre des mesures sanitaires ( sida … ) des lois économiques qui nous gouvernent et qui nous annoncent des lendemains douloureux avec une planète surpeuplée agitée par des mouvements violents de population déjà amorcés ( immigration vers les contrées riches ).
Je m'interroge aussi sur le fait que Jésus étant bel homme n'ait jamais parlé de ses tentations en la matière. Il est vrai que l'on sait pratiquement rien sur sa vie cachée.
Amitiés


"Ces préceptes vont à l'encontre de notre nature humaine où la fusion en une seule chair entre un homme et une femme est une utopie que le filtre d'amour du sacrement du mariage n'a jamais pu changer en réalité "


Tu soulignes très bien cette vérité Jean-Paul, pour l’homme et la femme cela est réellement une utopie cet accouplement stérile et égoïste qui ne peut amener que désordre et désolations très souvent.
.

.

Autre chose est, bien sur et réel, cette fusion entre époux qui se respectent se respectant d’abord en suivant les engagements personnels et mutuels qu’ils ont librement pris devant Dieu.
.
.
Et qui ne vaut pas seulement pour les seuls époux ... mais pour bien d’autres.
.
.
Mais dire que ces préceptes vont à l’encontre de notre nature humaine,
je ne puis te suivre, ils dénoncent et très justement la dépréciation de la nature humaine qui s’abaisse
en étouffant de plus en plus la voix de la conscience.

Les temps que nous vivons actuellement le prouve à suffisance et ce n’est pas les sacrements qui en sont la cause mais ceux qui ne les respectent pas.

Luigi.

Message

luigi
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 29 octobre 2018 à 18h44


.
.
Tome 5- 34- page 231 édition 2011 A lire ... et ne pas oublier.

Et encore gardez-vous bien, maintenant et à l’avenir, d’avoir honte de mes paroles et de mes actions.

Cela aussi serait "mourrir".
.
En effet celui qui aura honte de Moi et de mes paroles au milieu de cette génération sotte, adultère et pécheresse,
dont j’ai parlé,
et espérant en tirer protection et avantages la flattera en me reniant,
Moi et ma Doctrine, et en jetant les paroles qu’il a eues

dans les gueules immondes des porcs et des chiens pour en avoir en récompense des excréments en guise de payement,

celui-là sera jugé par le Fils de l’homme quand il viendra dans la gloire de son Père et avec les anges et les saints pour juger le monde.

Lui alors rougira alors de tous ces adultères et fornicateurs, de ces lâches et de ces usuriers et il les chassera de son Royaume,
parce qu’il n’y a pas de place dans la Jerusalem céleste pour les adultères, les lâches, les fornicateurs, les blasphémateurs et les voleurs.

A lire ... Dans l’Oeuvre de Jésus par Maria Valtorta ... pour nous.

Luigi.

Message

JeanPaul
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 29 octobre 2018 à 22h56


Bonsoir Jean- Marie
Je connais effectivement ce passage controversé tiré des visions de Maria Valtorta mais j'évite de m'y référer car en disant : "Nous avons tous en nous: le bien et le mal ", Jésus semble affirmer qu'en tant qu'homme, il serait né comme tout le monde c'est-à-dire avec la tache originelle en lui ! Or cette affirmation va à l'encontre des enseignements de l'Eglise qui a toujours vu en lui l'Agneau sans tache incapable de pécher. Ce passage accrédite donc le contraire ! Jésus posséderait à la fois la capacité de pécher comme tout homme mais aussi la capacité d'en connaître les méfaits et la sentence comme Dieu !
Mais la réplique finale de Jésus à Judas : Mon Père, ne m'induis pas en tentation ! remet tout en question sur sa capacité à ne pas céder à la tentation. En effet, pourquoi demande t-il à son Père de ne pas l'inciter à pécher ? Ne peut-il pas en tant que Fils de Dieu résister à cette tentation sans l'aide de son Père ?

Amitiés

Jean Paul

Message

Jean-Marie
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 30 octobre 2018 à 20h36


"Nous avons tous en nous: le bien et le mal ". Je vois ça comme une référence au libre-arbitre.
Dieu a choisi de donner le libre-arbitre à Ses créatures. A elles de choisir le bon ou le mauvais chemin, comme dans la parabole des deux fils et du trésor au sommet de la montagne.

La catéchèse du 18 février 1947 est un trésor d'informations sur le sujet de Ses tentations, et de la tentation en général (pour ceux qui n'ont pas peur de se faire engueuler )
http://www.maria-valtorta.org/Quaderni/470218.htm

367. "Le Père m’avait donné le libre arbitre comme à tout être né d’une femme. J’aurais donc pu accueillir le mal comme le bien et suivre ce que je voulais. Mais non. Le Fils de l’Homme a refusé de pécher".

Dans le point 358, il confirme qu'il est né sans le pêché originel.

358.Je vous entends murmurer: "Toi, tu n’avais pas le péché originel. Mais nous...″ Adam aussi était sans péché originel, et il a néanmoins péché parce qu’il l’a voulu. Moi, j'ai refusé de pécher. Et je ne l’ai pas fait. Moi, l’Homme, je n’ai pas péché. Mon Père m’a fait de la même race que vous pour bien vous montrer qu’être homme ne signifie pas être pécheur. Tout comme vous, j’appartenais à la nature humaine. Sachez être victorieux, comme je le suis.

"Mon Père, ne m'induis pas en tentation !"
Il n'avait certainement pas besoin de son Père pour lutter contre la tentation, mais il n'est jamais agréable d'être tenté lorsqu'on s'efforce d'être vertueux...

367. J’ai subi toutes sortes de tentations. Ma volonté les a toujours dominées, ma pureté a éteint les feux de la luxure allumés pour me tenter.

La paix soit avec toi.

Message

JeanPaul
Membre

Voir plus


Date du message : mercredi 31 octobre 2018 à 22h34


Bonsoir Jean-Marie

Jésus parle à Judas de tentations auxquelles il aurait été confronté au cours de sa vie cachée d'adulte sans en citer la nature. Mais compte tenu de la beauté physique de Jésus, de sa faconde séductrice, de la nécessité à cette époque pour tout juif de se marier, et surtout de la manière brutale par laquelle Jésus analyse et condamne toute sensualité, il y a tout lieu de penser que ces sollicitations et tentations étaient d'ordre sexuel.
Jésus le confirme d'ailleurs dans ta dernière citation: ma pureté a éteint les feux de la luxure allumés pour me tenter.
Mais alors comment comprendre la précision de l'analyse de Jésus sur le savant cheminement qui mène à l'acte de la part de quelqu'un qui n'a jamais péché ?
On commence à pécher par le désir, on continue par la séduction, on complète par la persuasion, l'acte couronne le tout.
Comment commence-t-on ? Généralement par un regard impur. Et cela nous ramène à ce que je disais auparavant. L’œil impur voit ce qui est caché à celui qui est pur, et par l’œil, la soif entre dans le gosier, la faim dans le corps, la fièvre dans le sang. Soif, faim, fièvre charnelle. C'est le commencement du délire. Si l'autre, la personne regardée est honnête, celui qui délire reste seul à se retourner sur des charbons ardents, ou bien il en arrive à calomnier pour se venger. Si elle est malhonnête, elle se fait complice du regard et alors commence la descente vers le péché. Aussi je vous dis : "Celui qui regarde une femme en la désirant, a déjà commis l'adultère car dans sa pensée il a déjà commis l'acte qu'il désire.
( Tome 3, chap 174 §203 )

La connaissance d'un tel processus ne pouvait être connue que du Fils de Dieu puisque le Fils de l'Homme n'avait jamais éprouvé ces sensations !
C'est peut-être pourquoi Jésus précise que " Ce que je pourrais ignorer comme homme et en mal juger, je le connais et j'en juge comme Fils de Dieu "
Il est difficile alors de parler du libre arbitre du Jésus puisque lorsqu'un choix se présentait au Fils de l'homme, le Fils de Dieu lui indiquait le bon !

Amitiés

Jean Paul

Message

Jean-Marie
Membre

Voir plus


Date du message : jeudi 1 novembre 2018 à 07h24


Dieu, ou l'Esprit Saint, lui apporte la connaissance de ce qu'il peut ignorer, mais jamais Il n'interfère dans les décisions de Jésus, car justement il respecte le libre-arbitre qu'il lui a donné.
Il nous dit bien "J’aurais donc pu accueillir le mal comme le bien et suivre ce que je voulais. Mais non. Le Fils de l’Homme a refusé de pécher."

Paix à toi.

Message

JeanPaul
Membre

Voir plus


Date du message : samedi 3 novembre 2018 à 00h37


Bonsoir Jean-Marie

De quoi Jésus s'est-il dépouillé lui-même en prenant la forme humaine ?
s'est-il dépouillé de sa divinité !
ou s'est-il dépouillé seulement des attributs de sa divinité.!
Il semblerait, en effet, que chacune de ses deux natures avait sa propre connaissance, conscience, capacité et volonté et pourtant l'Eglise nous dit qu'il n'y avait qu'une personne en Jésus !
Personnellement, la description détaillée par Jésus du processus conduisant au péché de chair avec tous les symptômes physiques visibles à chaque étape (la soif dans le gosier, la faim dans le corps, la fièvre dans le sang.) me laisse pantois !
Où Jésus a-t-il puisé toutes ces connaissances si ce n'est pas par l'expérience ?
En fait, Jésus voyait et savait, ce que nous, humains, ignorons !
Beaucoup de questions viennent alors à l'esprit, ainsi :
Jésus pouvait-il péché ?
Si oui, une hypothèse est à prendre en compte : et s'il avait péché que ce serait-il passé pour l'humanité ?
Comment d'ailleurs Jésus pouvait-il péché puisqu'il était en communication perpétuelle avec son Père et avait souvenance en permanence de son passé éternel auprès de Lui :

"Dans le génie de l'homme qui a décoré le Parthénon, j'étais présent, car je suis partout où il y a vie et manifestation de la vie. Là où un sage pense, un sculpteur sculpte, un poète compose, une mère chante sur un berceau, un homme se fatigue sur les sillons, un médecin lutte contre les maladies, un vivant respire, un animal vit, un arbre pousse, je suis là avec Celui de qui je viens. Dans le grondement d'un tremblement de terre ou le fracas de la foudre, dans la lumière des étoiles et le mouvement des marées, dans le vol de l'aigle ou dans le sifflement du moustique, je me trouve avec le Créateur Très-Haut." ( Tome 3 Chap 65 § 380 )

Quand on a de tels souvenirs en tête, il est évident que les plaisirs terrestres sont bien peu de chose !
Amitiés
Jean Paul

Message

Jean-Marie
Membre

Voir plus


Date du message : samedi 3 novembre 2018 à 11h32


Bonjour Jean-Paul

Un médecin peut te décrire les symptômes de graves maladies, te donner en détail les terribles effets qu"elles produiraient sur ton corps & ton esprit. Cela signifie-t-il qu'il a luî-même souffert le choléra, le cancer ou autre ? Non : il sait car il a obtenu l'information à son école, ou par expérience en cotoyant des malades, ou en discutant avec des collèques.

Jésus était comme son père : omniscient. Toute information lui était connue. Il n'avait pas besoin d'expérimenter le pêché de chair pout en connaître ses origines et ses effets.

En 7.229.513, il s'adresse à une prostituée envoyée par le Sanhédrin pour le tenter, et il confirme qu'il a fait le choix de ne pas pêcher, car sa mission est de nous racheter. S'il avait pêché, sa mission de Rédempteur eût été compromise!

Je suis le Rédempteur. Pour racheter, je dois être sans péché. Ma possible sensualité d'homme, regarde comme je l'ai foulée aux pieds. Comme je fais avec cette chenille dégoûtante qui dans les ténèbres se dirigeait d'une fange à une autre fange pour ses amours lascives, ainsi je l'ai foulée aux pieds toujours. C'est ainsi que je la foule aux pieds en ce moment aussi.

Paix à toi.

Haut de page