Aller au contenu
           

Maria Valtorta : Différences avec les autres mystiques de son époque

Message

Daniel-Marie
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 13 mai 2019 à 09h29


Salut à tous,

Marthe Robin et Thérèse Neuman ont vécu à la même époque que Maria Valtorta.
Ce sont toutes les deux des mystiques qui ont eu des révélations sur la vie de Jésus.
Concernant par ex T Neuman, les archéologues ont justifié aussi ses visions...

Les spécialistes pourraient-ils se pencher sur les différences importantes et en donner une explication ???

Avec Marie

Message

JeanPaul
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 27 mai 2019 à 23h45


Bonsoir Daniel-Marie
Comme toi, je me suis posé la même interrogation mais uniquement concernant les visions de Thérèse Neuman ( Marthe Robin n'étant pas une mystique voyageant dans le temps ). J'attends donc la publication d'un comparatif entre les visions de Thérèse Neuman et celles de Maria Valtorta surtout depuis que le livre de Günther Schwartz, paru en mai 2017, vient d'apporter de nombreuses révélations inédites sur la vie de Jésus et surtout sa crucifixion.
Voir ci-dessus un bref résumé du contenu de ce livre par P Jovanovic :
les visions de Thérèse Neumann commenté par P. Jo

Il faut se souvenir que Thérèse Neumann ( 1898-1962 ) est la plus grande mystique stigmatisée catholique du XXe ( elle n'a pas mangé pendant 36 ans sauf des hosties ). Son ange gardien l'emmenait régulièrement dans le passé où elle assistait à des scènes de la vie du Christ. A partir de toutes les notes prises par les médecins, les universitaires, les prêtres et surtout les bandes magnétiques du frère de Thérèse Neumann ( il avait enregistré les descriptions qu'elle prononçait au fur et à mesure dans ses moments d'extases, y compris ses innombrables propos en araméen ), Günther Schwartz a réuni, en mai 2017, la totalité de ses visions dans un livre intitulé : Nouveau Testament par les visions de Thérèse Neumann
C'est ainsi que Thérèse Neumann aurait assisté environ 700 fois au drame de la Passion du Christ, ressentant dans sa chair les souffrances du Christ, lors de la flagellation, du chemin de croix et de la crucifixion. Ses visions concernaient également d'autres scènes du Nouveau ou de l'Ancien Testament. Elle prétendait ainsi fournir à des spécialistes, comme le professeur Wutz, exégète de l'Ancien Testament à la faculté catholique d'Eichstätt et expert en langues sémitiques et en archéologie palestinienne, des précisions historiques, topographiques ou archéologiques sur des monuments et sur les langues parlées à l'époque du Christ, comme l'araméen ou le grec de la koinè, disant avoir la faculté, non de parler ces langues anciennes qu'elle ne connaissait pas, mais de se remémorer des mots ou des phrases qu'elle entendait pendant ses extases.

Amitiés à tous
Jean Paul

Message

Daniel-Marie
Membre

Voir plus


Date du message : mercredi 29 mai 2019 à 14h10


C'est ce que je voulais dire.
Mais, Marthe Robin a vécu aussi seulement de l'Eucharistie, et vivait la Passion du Christ en agonie du jeudi au samedi, et revenait à elle seulement le dimanche. Pendant près des dizaines d'année...
Le père Finet aussi, est resté aux pieds de son lit, et a noté ce qu'elle voyait.
Des différences frappantes existent...
Marthe précisait bien qu'elle le voyait ainsi mais ne prétendait pas que cela s'était passé ainsi..
Il faudrait quand même l'aide de spécialistes pour y comprendre...

Avec Marie
Daniel

Message

François-Michel
Visiteur


Date du message : mercredi 29 mai 2019 à 18h38


J'ai eu l'occasion de travailler avec Mgr Laurentin sur un comparatif de 77 points dans les vies de Marie (et de Jésus) reçues par huit voyants dont quatre principales : Maria de Agreda, A.C. Emmerich, Maria Valtorta et T. Neumann. L'étude comparative a duré quatre ans et nécessité l'étude de 16.000 pages de révélations privées.
Une seule d'entre elles rapporte directement ce qu'elle voit : Maria Valtorta. La narration des visions (authentiques) des trois autres nous sont parvenues par le truchement des hommes, y compris pour Maria de Agreda qui dut réécrire ses visions 35 ans après, avec toutes les déformations que suppose la mémoire humaine comme Jésus l'explique si bien à Maria Valtorta.
T. Neumann n'a rien écrit. Ce sont les témoins qui racontent ses extases (donc ce qu'ils en voient ou entendent des bribes de phrases). Elle vécut réellement la vie de Jésus et notamment sa Passion. Elle alla jusqu'à corriger un professeur d'université sur la langue araméenne. Elle se penchait si quelqu'un la gênait. Mais ce ne sont que des comptes-rendus dont une partie furent brûlés lors de l'incendie du presbytère. La mission de T. Neumann, selon mon point de vue, n'était pas de raconter la vie de Jésus, mais de témoigner de son authenticité, notamment de la Passion.
Il y a des points de convergence entre ces voyantes - preuve que cela provient de la même source. Il y a des points originaux dans chacune, mais il y a des déformations : il en est ainsi de la Maison de Marie à Éphèse qui décrit probablement le lieu où elle fut proclamée Theotokos par le concile, mais certainement pas la maison où elle aurait vécu avec Jean, car cela est contredit par les Écritures.
Pour Thérèse Neumann, je n'ai pas connaissance de ses découvertes archéologiques.
Nous n'avons pas étudié Marthe Robin.
-------------------------
Un signe ne trompe pas : si Maria de Agreda ou A.C. Emmerich retranscrivent ce qu'elles ont compris, vu ou entendu en les réinterprétant, si elles l'expliquent et le commentent, chez Maria Valtorta on a affaire à des citations : les mots exacts, ce qui est très risqué car nul ne peut imiter un style inimitable. Et surtout les seuls commentaires sont de Jésus qui approfondit les scènes et ne les réinterprète pas.
Si on devait "inventer" un discours de Jésus, chacun irait de son tempérament : un discours au développement théologique volontiers ésotérique, un flot de bons sentiments ou alors des sorties contre les puissants et les riches, ... mais rien qui ne ressemble à ce qu'on lit dans Maria Valtorta.

Haut de page