Aller au contenu
           

awacss news : LA DANGEREUSE TENTATION DES DECOLLAGES 19

Cet article a été publié le 13/02/2017 à 21h57 par Awacss Site.

L'UBCNA-BUTV a pris connaissance, avec un certain étonnement, des propositions de certains comités de Tervueren et Overijse qui - mal documentés et très mal informés - sembleraient accepter de recevoir 48 % des décollages volontairement depuis la piste 19 afin de permettre au trafic aérien d'éviter les normes de bruit bruxelloises.

Tout d'abord, ni l'UBCNA-BUTV ni AWACSS WEZEMBEEK ni WAKE-UP KRAAINEM ni d'autres associations comme Hart voor Huldenberg ou Epures-Trop de Bruit en Brabant Wallon n'ont été consulté sur cette proposition et de ce fait ne la soutiennent absolument pas.

De plus, toute utilisation intensive de la piste 19 au décollage pose d'énormes problèmes de sécurité.

Jamais l'UBCNA-BUTV ne défendra un usage de piste qui fasse l'objet d'études de sécurité NEGATIVES, ce qui est le cas pour les décollages 19 qui ont été jugés négativement par 4 études de sécurité différentes, indépendantes et non orientées ( AAC, DGTA, AIRSIGHT et SOFREAVIA-EGIS) estime Peggy CORTOIS administratrice déléguée de l'UBCNA-BUTV.

Nous nous étonnons que l'expert technique des associations de Tervueren est un bruxellois qui veut tout simplement déplacer 48% des nuisances ailleurs que dans son quartier européen.

L'utilisation intensive de la piste 19 au décollage pose de nombreux problèmes évidents de sécurité :
- piste 19 est la plus courte et la moins bien équipée
- piste 19 est moins sécurisée, 4 études différentes de sécurité attestent que l'utilisation de la 19 réduit inutilement les marges de sécurité inutilement
- piste 19 coupe et croise les pistes d'atterrissages 25
- piste 19 n'est pas adaptée pour des décollages d'avions lourds de plus de 200 tonnes
- la route IKEA avec un cap à 115° est un projet datant de 2004 qui n'est toujours pas en service, ce serait la seule trajectoire acceptable en 19 car évoluant au-dessus de champs et zones agricoles non bâties
- les deux seuls accidents aériens à Bruxelles-National, en 1961 et 2008, eurent tous deux lieu sur la piste 19

Utiliser la 19 au décollage, c'est tout simplement déplacer le probléme de la gauche vers la droite, et créer un nouveau centre de contestation ailleurs. Pour résoudre la problématique du survol de Bruxelles, il faut une réflexion globale (fin des vols de nuit, plafond de vols de jour, transfer du fret et du cargo ailleurs, programmem d'expropriation et d'isolation) et pas déplacer le problème d'un côté vers l'autre annonce Bernard GUILLAUME, Président de l'UBCNA-BUTV.

Enfin les accords de Gouvernement 2008/2010 sont actuellement l'unique base de gestion de ce dossier et figurent toujours dans le programme de l'actuel gouvernement comme plan avion du gouvernement; ces accords prévoient une procédure concentrée au décollage de la 19 comme demandé depuis 2004 par toutes les associations.

Les riverains d'Overijse et de Tervueren demandent maintenant une dispersion au départ de la 19; une telle dispersion n'apportera aucune solution mais amènera des survols supplémentaires sur Woluwé et Auderghem entre autres; avec une concentration des survols sur Kraainem et Wezembeek-Oppem à plus basse altitude, soit la zone la plus touchée également par les atterrissages 01.

Plus que tout autre discours, l'UBCNA-BUTV reprend simplement l'analyse faite par l'Etat belge et le Gouvernement fédéral dans l'instruction du 15 mars 2012 sur les nombreux désavantages que présente la piste 19 au décollage. : (au temps de la rédaction de cette instruction, la piste 19 se dénommait encore piste 20).
(...)
Pour le détail de cette analyse, veuillez contacter : awacss@proximus.be

Peggy CORTOIS
Administratrice-déléguée de l'asbl UBCNA-BUTV vzw

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article LA DANGEREUSE TENTATION DES DECOLLAGES 19.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.
Haut de page