Aller au contenu

Imprimer cet article Fermer cette fenêtre

Cet article a été publié le 07/03/2017 à 16h36 par Awacss Site.

Quatorze associations de riverains de Bruxelles, du Brabant flamand et du Brabant wallon ont plaidé, ensemble, mardi pour la suppression en deux temps d'ici 2019 des vols de nuit de et vers l'aéroport national de Zaventem. Elles ont également demandé d'être partie prenante de la concertation qui s'ouvre entre les différentes entités fédérale et régionales.
Pour la plate-forme de ces associations, il n'y aura pas de solution tant qu'il n'y a pas de mesure de réduction structurelle des nuisances liées aux activités de l'aéroport.

A leurs yeux, les principales décisions politiques des vingt dernières années dans le dossier des nuisances aériennes ont consisté à déplacer celles-ci en fonction d'arbitrages électoraux et de compromis politiques sans développer de vision à long terme. Une seule constante: le refus des politiques de prendre en compte les problèmes de santé publique dont les citoyens survolés, où qu'ils soient, sont les victimes, ce qui démontre une grande complaisance envers les lobbys économiques actifs autour de Brussels Airport, ont-elles expliqué au cours d'une conférence de presse organisée dans un hôtel de la zone aéroportuaire.

Pour les associations, la suppression des vols de nuit d'ici 2019 peut intervenir en deux phases: 1. réduire la durée de l'exploitation de jour à la plage 22h-7h du matin (23-6 actuellement); 2. réduire progressivement le plafond de vols de nuit de 16.000 à zéro via le transfert d'activités vers la journée et vers les aéroports régionaux de Wallonie et de Flandre.

La plate-forme d'associations plaide par ailleurs pour une limitation définitive du nombre de vols annuels à Brussels Airport à 220.000 mouvements par an, soit le nombre actuel de mouvements, à partir de 2019.

Au passage, par la voix des chefs de file de l'UBCNA, du mouvement Pas question, et de Actie Noordrand, la plate-forme a prédit l'échec de la concertation lancée par le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR) "avec pour seule méthode de mettre des politiques et des représentants des lobbys économiques dans la même pièce pour discuter de répartition et non de réduction structurelles des nuisances". Pour elle, "ce cirque politique organisé par le ministre Bellot ne permettra pas d'aboutir à une solution durable, et engendrera un nouveau blocage communautaire du dossier".

Les 14 associations sont Bruxelles Air Libre Brussel; l'Union Belge Contre les Nuisances des Avions; Actie Noordrand; Alliantie Regio Leuven; AWACSS; Coeur-Europe; Comités de quartiers bruxellois; Epures; (F)airways; Hart van Huldenberg; Pas question; Piste 01 ça suffit; Solid Air Tervuren; Wake-up Kraainem.

Haut de page