Aller au contenu

           

La Gazette de Rennes-le-Château - News

Le Christ d'Antugnac montre la VOIE !!!

samedi 7 octobre 2017 à 22h24 par Johan Netchacovitch

Le Christ d'Antugnac montre la VOIE !!!

Le Christ d'Antugnac il y a quelques décennies, le départ de la résolution de l'énigme - JMV ©


Jean-Marie Villette partage ses découvertes.

Il relègue nombre de livres et de chercheurs aux oubliettes... Quant aux crétins (stupides et idiots pour les illettrés), ils ne changeront pas avant leur mort ! Donc on s'en fout... (LCE - RLC)

"Vêtu de blanc, voici la plus classieuse représentation du Jésus Pascal !
« Christ est ressuscité ! », entonnent les chœurs des croyants ! Le Jésus de lumière triomphe et exhibe devant le monde émerveillé toute sa transcendante vitalité... (et d'exposer à nos vues de passifs regardeurs, les indiscutables stigmates de la crucifixion ! …).

Quant au fameux Jésus d'Antugnac, qui n'est sans doute pas un Jésus Pascal, mais un Jésus dit ''au cœur sacré'', il aura dû lutter durant plusieurs décennies, juché, seul, debout, scellé sur un socle en pierres maçonnées, contre les assauts incessants des quatre vents avec les pluies, parfois la neige et plus souvent la grêle, tout en haut de ce qui fut son (pour de vrai), pré aux vaches !" (Jean-Marie Villette)

LIRE du JMV. avant de découvrir sa dernière étude qui sera bientôt en ligne !

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

Le Prieuré de Sion (re)créé en 1681 à Rennes-le-Château

samedi 7 octobre 2017 à 21h24 par Johan Netchacovitch

Le Prieuré de Sion (re)créé en 1681 à Rennes-le-Château

prieuredesion.be ©

"LE PRIEURE DE SION-ORMUS en 1188 :
En 1188, le "Prieuré de Sion-Ormus" s'installa au domaine de "Montis Sion" (Mont de Sion) dit "le Petit Prieuré" au sud d'Orléans.

Né en 1133, mort en 1220, Jean de Gisors fut seigneur de la forteresse de Gisors, lieu de rencontre traditionnel entre les rois de France et d'Angleterre, où se déroula la querelle qui devait provoquer l'abattage d'un orme. Il fut, selon les "documents du Prieuré", le premier grand maître indépendant de Sion après la "coupure de l'orme" et la séparation des Chevaliers du Temple en 1188. " (Templarii)

LIRE la suite.

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

Un nouvel exemplaire dédicacé par l’abbé Boudet

jeudi 5 octobre 2017 à 15h24 par Johan Netchacovitch

Un nouvel exemplaire dédicacé par l’abbé Boudet

VLC originale - Johan Netchacovitch ©

"Trouver un exemplaire original du livre de l’abbé Boudet, la Vraie langue celtique, est assez rare, mais dénicher un exemplaire dédicacé par le curé de Rennes-les-Bains est véritablement exceptionnel !
La lecture d’un livre consacré à un ancien sénateur de l’Ariège, Jacques Auguste Bordes-Pagès (1815-1897), publié en 1920, m’a permis d’identifier un de ces exemplaires." (Michel Vallet)

LIRE la suite.

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

De Janus à Jean : la symbolique des solstices et des portes du temps

jeudi 5 octobre 2017 à 11h57 par Johan Netchacovitch

De Janus à Jean : la symbolique des solstices et des portes du temps

"ARQA // Il y a une dimension à ne pas oublier et que tu n’occultes pas d’ailleurs dans ton livre, elle concerne les « portes solsticiales » en rapport avec les deux « saints Jean », peux-tu évoquer cet aspect symbolique qui est très longuement traité dans ton ouvrage compte tenu de son importance ; il concerne aussi les antiques traditions païennes, issues du Druidisme et du Celtisme, n’est-ce pas ?

Patrick BERLIER // Selon les Évangiles, Jean Baptiste est né six mois avant Jésus. Lorsque l’église fixa la nativité du Christ au 25 décembre, elle plaça aussi celle de Jean Baptiste six mois plus tôt, le 24 juin, trois jours après le solstice d’été. Quant à la fête de Jean l’Évangéliste, elle la plaça au 27 décembre, six jours après le solstice d’hiver. Dans les Évangiles, beaucoup de passages à double sens font subtilement référence aux solstices. Les fêtes des deux saints Jean marquent en réalité l’instant où le soleil, ayant atteint l’un des extrêmes de sa course, commence à l’inverser et à décliner. Comme les deux solstices faisaient l’objet de grandes vénérations de la part des civilisations anciennes, les fêtes des deux saints Jean se sont vues naturellement associées à ces cultes. Disons qu’elles les ont christianisés. Quant aux Celtes, c’est lorsqu’ils se sont convertis à la religion chrétienne qu’ils ont décalé dans le temps leurs fêtes liées au cycle de la nature pour les faire coïncider avec les fêtes des deux saints Jean, dont ils avaient perçu toutes les dimensions symboliques."

LIRE la suite.

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

Paul Jude et son carnet de recherches (Vidéo)

mercredi 4 octobre 2017 à 15h46 par Kris

Paul Jude et son carnet de recherches (Vidéo)

Paul Jude, auteur de l'ouvrage Je connais un endroit où il n'y a rien au-dessus dans lequel il couche par écrit ses recherches sous forme de roman nous livre dans une vidéo (13 minutes) son interpretation de la fameuse phrase codée dans les manuscripts supposés trouvés par l'abbé Saunière "Bergère pas de tentation que Poussin Teniers gardent la clef" Je vous recommande de la visionner ! (Kris Darquis)

Lien sur vidéo.

Auteur : Kris

SAVE THE DATE - 14 OCTOBRE 2017 A MONTFORT-SUR-ARGENS

mardi 3 octobre 2017 à 17h56 par Kris

SAVE THE DATE - 14 OCTOBRE 2017 A MONTFORT-SUR-ARGENS

Un premier évènement organisé par Eridan d'Astor et ses amis varois ayant pour vocation à avoir lieu chaque année autour du 13 octobre. Montfort-sur-Agens mérite détour et attention. A l'instar de Rennes-le-Château, ce village situé au coeur de la Provence verte (30 minutes de St-Maximin-la-Sainte-Baume) se trouve à la croisée de l'Histoire, de la Tradition, de la Légende et du Mystère. Vous trouverez en lien un article rédigé sur mon blog en mai 2013 à destination de ceux qui ne connaissent pas encore ce lieu qualifié par certains passionnés des Templiers "d'un des plus chargés de France" (Kris Darquis)

Lien sur blog.

Auteur : Kris

Rennes-le-Château, le trésor et le secret des deux abbés

samedi 30 septembre 2017 à 08h37 par Johan Netchacovitch

Rennes-le-Château, le trésor et le secret des deux abbés

"Voici le quinzième ouvrage publié de Florence Taveau mais surtout son sixième essai historique sur Rennes-le-Château.

Le mystère s'éclaircit par de nouveaux documents inédits et rares à propos du secret des abbés Boudet et Saunière à la source même d'un certain savoir templier." (Edilivre)

LIRE la présentation.

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

La dalle de la marquise de Blanchefort

vendredi 29 septembre 2017 à 11h28 par Johan Netchacovitch

La dalle de la marquise de Blanchefort

Reproduction de la dalle de la marquise de Blanchefort - Johan Netchacovitch ©

"Dans un écho que j’ai ajouté en fin de volume, au livre de Michel Azens, Rennes-le-Château, Voyage au centre  de l’affaire (2014), j’expliquais en quelle circonstance et les raisons qui ont motivé le docteur Abel Petit, trésorier de la Société d’études scientifiques de l’Aude (S.E.S.A.), de faire retirer en 1905, du cimetière de Rennes-le-Château, la pierre tombale de la marquise d’Hautpoul de Blanchefort, décédée le 17 janvier 1781. " (Michel Vallet)

LIRE la suite.

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

ENTRETIEN avec Patrick BERLIER : La Symbolique des deux saints Jean

vendredi 29 septembre 2017 à 10h25 par Johan Netchacovitch

ENTRETIEN avec Patrick BERLIER : La Symbolique des deux saints Jean

"De tous temps, les antiques courants initiatiques ont toujours célébré le Feu-Principe assimilé au Verbe et à la Lumière personnifiée. Entre Histoire et Tradition, Patrick Berlier, traversant le Jourdain et reprenant son bâton de pèlerin, nous invite à le suivre sur les traces des deux Saints Jean dans cet ouvrage flamboyant où les deux figures bibliques : l’Évangéliste, « l’apôtre que Jésus aimait », et le Baptiste dit « le Précurseur », sont tous deux identifiés en tant que symboles de la Connaissance et de l’Amour, aux Portes solsticiales, Jean Baptiste, au solstice d’été, et Jean l’Évangéliste au solstice d’hiver..." (ARQA)

ARQA // Il y a une dimension à ne pas oublier et que tu n’occultes pas d’ailleurs dans ton livre, elle concerne les « portes solsticiales » en rapport avec les deux « saints Jean », peux-tu évoquer cet aspect symbolique qui est très longuement traité dans ton ouvrage compte tenu de son importance ; il concerne aussi les antiques traditions païennes, issues du Druidisme et du Celtisme, n’est-ce pas ?

Patrick BERLIER // Selon les Évangiles, Jean Baptiste est né six mois avant Jésus. Lorsque l’église fixa la nativité du Christ au 25 décembre, elle plaça aussi celle de Jean Baptiste six mois plus tôt, le 24 juin, trois jours après le solstice d’été. Quant à la fête de Jean l’Évangéliste, elle la plaça au 27 décembre, six jours après le solstice d’hiver. Dans les Évangiles, beaucoup de passages à double sens font subtilement référence aux solstices. Les fêtes des deux saints Jean marquent en réalité l’instant où le soleil, ayant atteint l’un des extrêmes de sa course, commence à l’inverser et à décliner. Comme les deux solstices faisaient l’objet de grandes vénérations de la part des civilisations anciennes, les fêtes des deux saints Jean se sont vues naturellement associées à ces cultes. Disons qu’elles les ont christianisés. Quant aux Celtes, c’est lorsqu’ils se sont convertis à la religion chrétienne qu’ils ont décalé dans le temps leurs fêtes liées au cycle de la nature pour les faire coïncider avec les fêtes des deux saints Jean, dont ils avaient perçu toutes les dimensions symboliques.

LIRE la suite.

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

Rennes-le-Château : Aborder le labyrinthe : du miroir au kaléidoscope

jeudi 28 septembre 2017 à 10h10 par Johan Netchacovitch

Rennes-le-Château : Aborder le labyrinthe : du miroir au kaléidoscope

Les anges du bénitier montrent la voie... - Johan Netchacovitch ©

"En écoutant Shreyer, Mouny ou Silvain, on retombe sur la conclusion d'origine venue spontanément dès les premiers décodages de RLC : Le secret est l'histoire en elle-même, tant dans sa méthodologie de narration que dans sa perpétuelle interaction du tout avec tout.
En partant de l'image d'un labyrinthe, qui évoque un sentiment anxiogène, on risque de s'y perdre.

[...] En réalité, comme avec la lettre cachée de Poe, le secret est probablement d'emblée sous nos yeux, il est à la fois point d'arrivée et point de départ, que ce soit par le même chemin, comme dans la conception cyclique catholique ou à un point différent, comme dans la notion grecque." (Laurent Dupuis)

LIRE l'article.

Commentaires.

Auteur : Netchacovitch Johan

Chemin de croix d'Aujols avec plus de 14 stations

jeudi 28 septembre 2017 à 03h34 par Johan Netchacovitch

Chemin de croix d'Aujols avec plus de 14 stations

Station "alpha" du chemin de croix d'Aujols (Attention c'est dans le LOT pas le... Tarn) - Johan Netchacovitch ©

Michel Vallet, alias Pierre Jarnac, formulait une demande le 15 septembre 2017 : "A l’occasion des Journées du Patrimoines, qui ont lieu ce week end, le 16 et 17 septembre, le quotidien la dépêche du Midi du 13 septembre signale que l’église paroissiale d’Aujols, dans le Tarn,  sera ouverte, à l’occasion de cette manifestation.
Si un internaute à l’occasion d’en photographier les 14 Stations ce w.e., nous serions heureux de disposer d’un jeu à titre personnel.
« un remarquable Chemin de Croix réalisé par la maison Giscard, de Toulouse »." (Michel Vallet, alias Pierre Jarnac)

Je précise que le chemin de croix d'Aujols comporte un peu plus de 14 stations... En photo ci-dessus, la station... alpha...
A suivre dans la Gazette de RLC !

D'autres infos en cliquant ICI.

Lire la demande de Michel Vallet !

Haut de page