Aller au contenu
           

Actualités

Adieu RIB, bonjour SEPA : les nouveaux virements en deux infographies

vendredi 1 août 2014 à 09h32 par Administrateur

Catégorie : ÉCONOMIE

Adieu RIB, bonjour SEPA : les nouveaux virements en deux infographies

La norme européenne SEPA, censée simplifier les virements bancaires, entre en vigueur ce vendredi. Elle instaure un système de prélèvement et virement unique pour les usagers bancaires. Découvrez ce que cela change pour vous dans ces deux infographies.

C'est une mini-révolution que vont vivre les entreprises, mais aussi tous les particuliers, ce vendredi 1er août. Depuis quelques heures, la France est en effet officiellement passée à la norme SEPA, comme Single Euro Payments Area (Espace unique de paiement en euros) pour les virements et prélèvements bancaires. Une norme unique pour les 28 pays membres de l'Union européenne. La mise en place devait originellement avoir lieu en février dernier, mais les acteurs économiques n'étaient pas tous prêts.

Cependant, certaines associations de consommateurs, comme l'UFC Que Choisir, craignent une hausse des fraudes avec l'entrée en vigueur de cette nouvelle norme. Elles craignent aussi que les banques, qui n'ont pas toujours informé leurs clients de ce nouveau système, n'en profitent pour augmenter leurs tarifs.

Source : www.franceinfo.fr

Auteur : Rédaction de France Info

Free veut racheter l'opérateur américain T-Mobile

vendredi 1 août 2014 à 09h26 par Administrateur

Catégorie : ÉCONOMIE

Free veut racheter l'opérateur américain T-Mobile

La maison-mère de l'opérateur français Free, Iliad, a soumis au conseil d'administration de T-Mobile, quatrième opérateur téléphonique aux États-Unis, une offre de rachat de plus de 11 milliards d'euros. Une tentative d'entrée frontale sur le marché outre-Atlantique, financée notamment par le patron de Free, Xavier Niel.

La France, trop petite pour les ambitions de Xavier Niel ? Le puissant patron de l'opérateur Free a en tout cas des envies d'Amérique. Iliad, la maison-mère du quatrième opérateur français, vient de proposer au conseil d'administration de son homologue américain, T-Mobile, une offre de rachat substantielle : plus de 11 milliards d'euros. Dans un communiqué publié ce jeudi soir, le groupe précise qu'il prendrait ainsi le contrôle de 56,6 % de la filiale américaine de l'Allemand Deutsche Telekom, valorisant les actions à 33 dollars. Une attaque frontale du marché américain.

Iliad dit s'être "assuré du soutien de banques internationales de premier plan pour la dette d'acquisition. Le financement en fonds propres serait d'environ deux milliards d'euros et Xavier Niel participerait à l'augmentation de capital". Le groupe, arrivé en fanfare sur le marché de la téléphonie mobile en cassant les prix il y a deux ans, considère que le marché américain est "à la fois vaste et particulièrement attractif".

Malgré tout, rien ne dit que T-Mobile va accepter cette offre. Iliad estime tout de même que ce rachat poserait moins de problèmes aux autorités de la concurrance américaines, qui voient d'un mauvais oeil le rapprochement entre T-Mobile et Sprint, autre opérateur américain, évoqué depuis quelque temps. Le combat qui s'annonce est un peu celui de David contre Goliath, entre les 50 millions d'abonnés de T-Mobile et les 13,7 millions (fixe et mobile) de Free. Pas de quoi effrayer, semble-t-il, le groupe de Xavier Niel.

Source : www.franceinfo.fr

Auteur : Yann Bertrand

Hôtel : "Payez ce que vous voulez", la bonne formule ?

vendredi 1 août 2014 à 09h18 par Administrateur

Catégorie : SOCIÉTÉ

Hôtel : "Payez ce que vous voulez", la bonne formule ?

Le concept britannique du "pay what you want", débarque dans plusieurs hôtels parisiens cet été. Les clients sont invités à payer ce qu’ils veulent. Objectif : replacer le consommateur au centre, et faire le buzz.

Et si on ne payait ce que ça valait. Depuis lundi, cinq hôtels parisiens se sont lancés pour quelques jours dans le "Pay what you want", autrement dit : passez la nuit ou prenez un repas et payez ce que vous voulez. Aldric Duval, patron de l’hôtel 4 étoiles Tour d’Auvergne a lancé ce mouvement estival, venu d’Angleterre, estimant qu’il fallait "redonner la parole à nos clients et d'avoir un vrai retour sur la qualité de nos hôtels".

L’offre est valable pour "une chambre double du 21 juillet au 10 août", annonce le site. Les réservations doivent se faire sur ce site et les frais de dossier non remboursables sont de 17 euros.
Formule rentable ?

En 2010, la chaîne hôtelière Best Western avait déjà essayé le "pay what you want" pendant quelques jours. 750 nuitées au prix voulu par les clients, et qu'ils ont, en l’occurrence, jugé bon de payer 40 à 60% du tarif selon la chaîne d’hôtels. Un chiffre donc moyen sur le court terme mais qui devient bon lorsqu'on parle de fréquentation : elle a augmenté de 33% durant le mois de l’opération.

Même tendance du côté de Brandalley. Le site de la marque de déstockage de vêtements a mis en vente des milliers d’articles en 2009. Près de 85% des internautes n’ont payé qu’un euro par article acheté. "Quand on n'a pas de relation de personne à personne, qu'on reste caché derrière son ordinateur, personne ne va payer le prix", commente Pascale Hébel, directrice du département consommation au Crédoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie). La marque a en revanche remporté 45.000 nouveaux membres.

Dans les Hautes-Pyrénées, Dominique Pucheu la chef d'un restaurant, a également essayé la formule pendant un mois et demi. "Nous avions hésité à mettre en place ce système pour notre hôtel en...

» Lire la suite

Source : www.franceinfo.fr

Auteur : Elise Delève

Haut de page