Aller au contenu
           

dernières contributions exposition circulations

Fin de la version gratuite de nos services

Nous cesserons de proposer nos modules en version gratuite dès le 1er septembre 2018. Si vous êtes le webmaster de ce service et souhaitez continuer d'utiliser ce dernier à partir du 1er septembre prochain, veuillez vous connecter à votre compte membre I-Services et choisir l'une de nos formules avec ou sans abonnement.

Présentations des derniers travaux des participants au projet "circulation(s)" - ces oeuvres sont proposées à vos réactions - voir l' appel à contribution.

Lien direct vers ce module

Rencontre/tissages - collaboration entre souad mani, plasticienne et carol shapiro dans le cadre d

jeudi 5 juin 2014 à 07h43 par carol shapiro

"Souvenirs du présent" from souad mani on Vimeo.

" Souad, je te parle directement, parce que ces mots retournent vers, retrouvent ce chemin que tu as déjà parcouru et je t’y reconnais, je crois.
Longtemps après, dans ce présent indécidable indiscernable qui déracine les concepts pesants.
Il y a ce bleu, qui va revenir, cette ville, ces amis que tu vas retrouver. On avance dans des cités brillantes, trop parfois, des villes qui abreuvent plus que la soif. Des villes qui assomment à force d’images, de marchandises.
Mais cette route bleu-nuit que tu recommençais chaque soir ne vendait rien. Elle conduisait des pèlerins inconnus dans ses ondulations.
Ils avancent et reviennent et cette méditation silencieuse invente un déjà vu, reconnait ce déjà vu toujours ressenti quand la perception s’est approfondie, quand on a perdu son chemin un moment, puis retrouvé le signe d’un oiseau. Retrouvé le regard posé sur un feuillage, un ciel, un itinéraire." carol shapiro
http://fragmentsdincertitude.blogspot.fr/2014/04/la-route-bleu-nuit-vers-souad-mani.html

Images: Souad Mani
Assistance Technique: Ahmed Sghaier
Technique: Photos morphing
Durée: 6mn
Année: 2014


Rencontre/tissages - collaboration entre souad mani, plasticienne et carol shapiro

dans le cadre de l'expo CIRCUMAMBULATION

Avec le Groupe Talan Evénement organisé par la Galerie AGorgi


voir en ligne tout le texte et autres infos - liens, etc.

Daphné BITCHATCH

vendredi 25 avril 2014 à 02h57 par carol shapiro

Daphné BITCHATCH

***


Ismaïla Samba Traoré : Ecrivain/ Editeur à Bamako - Mali
Le Guide des artistes plasticiens du Mali/ Ed : Acte Sept

Lire le texte de Traoré et autre images


Daphné Bitchatch conduit un travail de création artistique, politique et poétique simultanément au Mali, en France, au Bénin... Une peinture en voyage, à l'écoute du fleuve, du chemin qui chemine, de la vie, des rencontres... Depuis 1987, elle réalise des peintures et installations en Hollande, en Allemagne, au Bénin, en France, en Afrique du Sud, au Mali, en Azerbaïdjan, en Lituanie, en Russie bref, de par "Le tout monde" comme l'écrit Edouard Glissant.

En résidence à Ségou Coura au Mali, où elle séjourne régulièrement pour y peindre et y écrire, elle a choisi d'expérimenter les matériaux locaux, l'argile du fleuve, les plantes tinctoriales. À Cotonou lors du Festival "Les artistes dans la rue" de Boulev'art, elle y peint les V.O.N.S, désignées Voies Orientées Nord Sud, ruelles en latérite, sans nom ni numéro. Pendant une quinzaine de jours elle y travaillera dans la rue avec des plasticiens du Togo, du Cameroun, Burkina Faso, Côté d'Ivoire, Brésil, Espagne etc., invités par Dominique Zinkpé (plasticien), ils débattront avec leurs expressions diverses " Contre la pollution ". Ils travailleront au cœur de la ville, avec la poussière de la ville, les ocres et tous matériaux de récupération. De grandes toiles étaient déroulées sur l'asphalte, les V.O.N.S comme des chemins de peinture, j'ai senti parfois que peindre délimite le territoire entre le dehors et le dedans. Il n'y avait pas de scénographie sinon celle du quotidien de la rue. La peinture ne s'expose pas sur des cimaises sur cette place de l'Etoile Rouge à Cotonou, mais s'improvise là où vous trouvez à tracer votre espace directement sur une dynamique du présent.

S'entendre sur nos différences

A Tswane en Afrique du Sud, elle intervient dans une classe avec des enfants de CM1 et CM2. A Hambourg en Allemagne, dans le cadre du Festival "Wir Sind Woanders/ Nous sommes ailleurs ", dans la galerie Projekthaus de Giulia Folina, elle crée une "Zone de Transit" proposant un travail de dessins transférés sur film plastique, y mêlant des photos d'actualités, de guerres, d'exil, un travail de transfert et de mémoire avec des témoignages provenant des camps de concentration, le tout sur les mots d'Abdellah Karroum ( critique d'art et commissaire d'exposition) " A présent il s'agit de trouver un langage commun pour s'entendre sur nos différences " (Extrait du Catalogue Biennale de Dakar).

Elle appuie en parallèle depuis 2008 les activités d'encouragement à la lecture au Mali à travers la création d'un Fonds d'Art, de poésie et de littérature d'expression universelle auprès de la bibliothèque de lecture publique de Ségou située au Centre Malik Coulibaly. Avec Pierre Djiré, le bibliothécaire de Ségou, ils y proposent des événements ouverts au public, cinéma (Afrique du Sud (William Kentridge), France (Sophie Comtet Kouyaté), New York (Valentina Canavesio), des débats avec les étudiants et élèves de Ségou et les écrivains vivant au Mali (Ousmane Diarra, Dr Mamadou Fanta Simaga…) etc…
(...)


Projet d'exposition "Dérives
Installation Daphné Bitchatch

D'images historiques et politiques, d'écritures lues, poétiques, ré imager une mémoire récente, d'allers- retours, d'arrêts et de ruptures, couper, des images, des mots, assembler des notes, de l'inattendu…


Cette installation proposée à travers le monde : Mali, Bénin, Lituanie, Ouzbékistan, Allemagne, France, se saisit de la dimension subversive de l'image. Elle percute en les assemblant les images reçues, renvoyant autant à des rafales de guerres que de mutations d'espaces, de paradoxes humains. Il s'est agi de mettre en relation des éléments photographiques en cherchant à déceler dans leurs associations un sens, une signification de liens. De radiographies-fenêtres fait irruption une foule de passants, qui elle-même se mêle à une prise d'otages, à des objets de prisonniers d'un camp de goulag. Montage d'éléments apparaissant hétérogènes mais se répondant à travers les siècles ou lieux semblant les séparer. Comme un puzzle détourné au-delà du sens de l'imagent( ..)

Daphné Bitchatch

lire la suite
www.caravancafe-des-arts.com/Daphne-Bitchatch.htm

Véronique Champollion.

dimanche 23 mars 2014 à 02h10 par carol shapiro

Deux expériences peuvent éclairer ma pratique actuelle.

À trois ans, je peins puis découpe des fleurs en papier pour les coller sur une plante verte, un caoutchouc que je trouvais triste.

Plus tard, je crayonne pendant le cours de communication visuelle option sémiologie, aux Arts déco, et décide de dessiner à la manière d'Hubert Robert.

Mes premières peintures exécutées devant la télévision étaient un jeu de saturation de signifiants arbitraires au point que la polysémie qui aurait pu découler des rapports de ces signes entre eux se réduisait à un seul signifié : matraquage d'images, voir parfois chatoiement d'un tapis oriental compliqué.

Compliqué ?

Bornons-nous, au point de vue cosmique, à accepter ce qui est, compliqué de ce qui peut être. Le réel est l'asymptote du possible ; le point de rencontre est à l'extrémité de l'infini. (Victor Hugo, Les travailleurs de la mer)

Je continue donc à mettre des fleurs sur l'arbre à caoutchouc, et à jongler avec les signes, photos, images récupérées ou peintes souvent façon XVIIIe et considère, toujours avec Hugo :

Puisqu'il y a la comète, il peut bien y avoir le python. Le bout de l'ombre ne peut pas plus être trouvé que le bout de la lumière.


Brigitte Maillard, poète interprète

dimanche 23 mars 2014 à 02h07 par carol shapiro

www.mondeenpoesie.net/
www.brigittemaillard.net/
yspace.com/brigittemaillard
***

S'ouvrir à la vie S'ouvrir à la vie qui s'ouvre, dégager l'espace Se laisser prendre par le poème qui nous donne la parole Essayer de se tenir là dans la réalité sensible de la vie Entre le souffle et l'être surgit l'essence que l'on nomme poésie
Extrait de La simple évidence de la beauté.

Bancal, hirsute
Il avance
Appuyé sur les mythes
La peau dorée par le soleil
Le cœur qui tape
Il a tout donné à la peur de dieu
Son nom est un voile
Il avance dans le silence
L'expatrié
Seul entre deux mimosas
Deux fleurs de pavot
Il avance
Tantôt vif tantôt effacé
L'air le pousse dans le vent
Et renverse ses certitudes
Dans la marge
Il a noté quelques souvenirs
Sur lesquels il s'appuie pour marcher

extrait La simple évidence de la beauté Ed Atlantica 2011

Dernière publication :
Soleil, vivant soleil

Soleil, vivant soleil préface Michel Cazenave Librairie Galerie Racine, 2014
recueil de poésie, 41 pages
Brigitte Maillard Atlantica 201
Et que demeure-t-il, en effet, d’un tel itinéraire que je ne crains pas, pour ma part, d’appeler « mystique » (au sens le plus réel et le plus originel de ce mot), si ce n’est d’observer le silence sur cet ineffable, ce strictement innommable dont le soleil est le symbole visible au centre de la danse cosmique des planètes et du monde comme nous le voyons et comme nous pouvons – aussi – l’aimer ?

Michel Cazenave
extrait quatrième de couverture




Brigitte Maillard anime aussi des émissions radiophoniques
voici une interview choisie :

à écouter :
une interview de Basarab Nicolescu par Brigitte Maillard
Une traversée de la matière et du sens, sans oublier le corps comme partie présente du voyage.
mercredi 18 août 2010
Basarab Nicolescu, Aligre fm 93.1, Physicien

Lire l'article sur http://www.caravancafe-des-arts.com/BrigitteMaillard.htm

Olivier Douville, Psychanalyste

lundi 10 février 2014 à 00h39 par carol shapiro

Olivier Douville - psychanalyste, anthropologue, directeur de publication de la revue psychologie clinique.


http://olivierdouville.blogspot.fr/
Bibliographie

Un appel à l'ailleurs
Caravan est heureux d'accueillir Olivier Douville sur ce site en mouvement qui se veut porteur d'itinéraires et pensées transdisciplinaires. Olivier Douville crée un lien "vivant" entre art et science. Parallèlement à une approche rigoureuse et ouverte sur toutes les branches de la connaissance de l'humain, la poésie, l'humour, l'esprit du jazz qu'il affectionne, (le rythme senti, libéré et improvisé/tissé) s'infiltrent dans sa parole et permettent une approche sensible. Il traverse les frontières et s'inscrit dans une optique transdisciplinaire "voyageur parmi les mondes". Le regard se défragmente et se créent des circulations fertilisées, irriguées...

Maître de conférences des Universités en psychologie clinique et psychopathologie. Directeur de publication de Psychologie Clinique. Membre de l'Association Française des Anthropologues.

Psychanalyste globe-trotter, arpenteur des escaliers des songes plus ou moins éveillés ...

Divers enseignements dont deux : "anthropologie et psychanalyse" ; "littérature et psychanalyse" (Université de Nanterre à partir de février 2012) sont ouverts à tout public. psychanalyse

Lire l'article sur //www.caravancafe-des-arts.com/Olivier-Douville.htm

Source : www.caravancafe-des-arts.com

souad mani

samedi 8 février 2014 à 21h39 par carol shapiro

souad mani

souadmani.wordpress.com/
souadmani.tumblr.com/
***

A travers mes recherches plastiques, je scrute les différentes modalités du réel. Je m'intéresse actuellement aux potentialités des réseaux sociaux, du web, aux interfaces mobiles et au travail collaboratif. Mon travail est multidisciplinaire, il touche la photo, l'installation, la vidéo, le web, le land art, … Via mon projet "Elle M'aime" je noue des relations avec de multiples personnes de profils différents à travers le monde et à l'aide de diverses interfaces de communication pour voir dans quelle mesure je peux provoquer des relations fécondes.

"Elle M'aime" - projet plastique relationnel - s'engage dans un processus de pollinisation. "Elle M'aime", reflète le rôle d'un grain de pollen fixé sur les territoires de mes collaborateurs. Il se fertilise et entraine des TRAJETS avec certains et périt en route avec d'autres. Ce projet s'ouvre sur l'univers dans le temps et l'espace. Les voyages effectués laissent des traces sur des cartes géo-localisables et sur des différents réseaux. « Elle M’aime » produit des oeuvres sur de multiples « territoires ».


"Elle M'aime"


Temps augmenté. Installation interactive

LIRE la suite sur http://www.caravancafe-des-arts.com/souad-mani

Source : www.caravancafe-des-arts.com

Haut de page