Aller au contenu
           

FOCUS SUR UN EVENEMENT

Dissémination de juin: expé­ri­men­ta­tions de l’écriture numérique

jeudi 5 juin 2014 à 07h50 par carol shapiro

Dissémination de juin: expé­ri­men­ta­tions de l’écriture numérique

proposé par Noêlle Rollet
@Selenacht
#webassoauteurs
@webasso_auteurs

L’explosion web 2.0 modi­fie sans doute la sphère lit­té­raire, mais quand bien même elle révo­lu­tion­ne­rait le réseau des auteurs et des lec­teurs, les textes qui s’y publient res­tent pour l’immense majo­rité ter­ri­ble­ment sem­blables… au texte. À l’inverse, on n’a pas attendu l’avènement du numé­rique pour tri­tu­rer, mal­me­ner, décons­truire et recom­po­ser le texte: Perec dans La Vie mode d’emploi ou Queneau et ses Cent mille mil­liards de poèmes en sont de (trop?) connus exemples.

Si le web n’offre pas une défer­lante de telles explo­sions du texte, il ouvre pour­tant des pos­si­bi­li­tés que cer­tains ont com­mencé d’explorer, de façon plus ou moins convain­cante il est vrai. Comment l’écriture numé­rique déjoue-​t-​elle la linéa­rité du texte? Quels pro­cé­dés invente-​t-​elle pour en renou­ve­ler les méca­nismes?

Rendez-​vous le 27 juin!

http://www.webasso-auteurs.net/category/disseminations/

Source : www.webasso-auteurs.net

webassoauteurs le thème, De l'être la frontière.

vendredi 4 avril 2014 à 02h50 par carol shapiro

Dans le cadre des #disséminations (diffusions) mensuelles lancées par la #webassoauteurs - qui n'est pas une asso fermée avec cotisation etc. , mais un groupe ouvert à tous ! Voici le thème sur "la frontière" : http://www.webasso-auteurs.net/ouvertures/ . Nous vous invitons à participer : présenter un texte d'un auteur que vous aimez sur votre blog et nous le diffuserons, dans le cadre de la dissémiantion du 25 avril.


Dissémination d’Avril : de l’être la frontière

caravancafe-carol-s. 26 mars 2014

Parfois il parait que nous sommes au centre de la fête,
mais au centre de la fête il n’y a personne,
au centre de la fête il y a le vide,
mais au centre du vide il y a une autre fête .
ROBERTO JUARROZ


FRONTIERES & OUVERTURES
En pen­sant à Lampedusa


L’écriture relie, inter­roge, construit ces ter­ri­toires éclai­rés par les balan­ce­ments du regard, par les vents de l’interprétation qui démine les champs dog­ma­tiques. Elle déjoue les jeux de l’habitude per­met de tra­ver­ser, libé­rer la pen­sée vers ces espaces de cir­cu­la­tions, hors frag­men­ta­tions, bien au delà des jeux des replis iden­ti­taires, des méca­nismes nar­cis­siques d’appartenance.

En ces périodes tou­jours recom­men­cées de remon­tée des natio­na­lismes apeu­rés por­tés par les semeurs de brume, — et là je pense entre autres à Avignon — ‚ parmi les pesantes éclipses scien­tistes, la poé­sie déjoue les mira­dors des garde-​frontières.
L’écriture crée ces indis­pen­sables rup­tures dans un quo­ti­dien ama­doué et argu­menté par les pièges du neu­ro­mar­ke­ting et autres machi­na­tions qui trans­forment la plas­ti­cité vivante de l’esprit et du monde en gigan­tesque bazar de supermarché .
Ruptures et sauts quan­tiques pour dévoi­ler, frô­ler les inter­stices tou­jours pré­sents que la parole dénoue et révèle,
entre deux interrogations.
Ruptures pour démon­ter les cer­ti­tudes d’une réa­lité tou­jours frô­lée, jamais rete­nue dans les cir­cu­la­tions de l’imaginaire.


Un thème sur la «fron­tière comme pas­sage» qui se veut ouvert à la ren­contre des cultures, celles des îles du monde, paroles en archi­pels que les rivages et les ports brassent et récon­ci­lient. A la navi­ga­tion entre les niveaux de réa­lité qui tissent le sens. Mais aussi au dia­logue entre culture scien­ti­fique et artis­tiques qui pour­suivent sin­gu­liè­re­ment leur quête indé­fi­nie vers une nou­velle terra incognita
Frontière/​rencontre en déran­geant le lourd ordon­nan­ce­ment des foules bali­sées qui se laissent por­ter par les esca­liers méca­niques et n’entendent plus le souffle des galets magné­tiques qui roulent sur les rives des mers.

Une dis­sé­mi­na­tion sur le thème de la Frontière pour don­ner à voir, lire, entendre ces pas­seurs qui arpentent la toile, cette autre trame du monde, là où les marges deviennent vibra­tion d’un silence vivant. Dans ce vide inson­dable d’où sur­gissent les par­ti­cules fluc­tuantes de la matière et du sens.
Une explo­ra­tion des limites, intérieur/​extérieur, de la fron­tière qui enferme et construit ses défenses cla­niques à celle qui per­met la cir­cu­la­tion du sens, au delà des cha­pelles deve­nues cita­delles. Des nar­cis­sismes deve­nus mar­chan­dises.

Vers l’autre, le semblable-​autre, dans l’indéfinissable de son alté­rité tou­jours renou­ve­lée et reconnue.


Jour de dis­sé­mi­na­tion: ven­dredi 25 Avril

►Se repé­rer dans la web-​association des auteurs

Mode d’emploi

Source : www.webasso-auteurs.net

BORDERS & OPENINGS

vendredi 4 avril 2014 à 02h46 par carol shapiro

traduction google
elease of April: to be the border
caravancafe-carol-s.


Sometimes it seems that we are the center of the party,
but the center of the festival there is nobody,
the center of the festival there is a vacuum,
but the center of the vacuum there is another party.
ROBERTO Juarroz

BORDERS & OPENINGS
Thinking about Lampedusa


Writing links, questions, constructed by those enlightened gaze swings by the winds of dogmatic interpretation cleared fields territories. It foils games usually can cross, thought to release these spaces circulations outside fragmentations, well beyond the games isolationism, narcissistic membership mechanisms.

In these times of rising Renewed always frightened of nationalism worn by sowers of mist - and here I am thinking in Avignon - among heavy eclipses scientists, poetry defies the watchtowers of the border guards.
Writing creates these necessary breaks in daily coaxed and argued by the traps of neuromarketing and other machinations that transform the living plasticity of the mind and the world into a gigantic bazaar supermarket.
Breaks and quantum jumps to unveil graze gaps still present as speech unravels and reveals
between two questions.
Disruptions to remove the certainties of reality always grazed, never retained in the circulation of the imagination.


A topic on the "border crossing as" who wants to open the meeting of cultures, those of islands in the world lyrics archipelagos shores and ports brew and reconciled. A navigation between levels of reality that weave meaning. But also the dialogue between scientific and artistic culture that continue their indefinite singular quest to a new terra incognita
Border / Dating disturbing heavy scheduling marked crowds are carried by escalators and no longer hear the breath of magnetic rollers which roll on the shores of the seas.

Dissemination on the theme of the Border to give view, read, hear these smugglers who roam the canvas frame that other world where margins become vibration of a living silence. In this vacuum unfathomable from which arise the fluctuating particles of matter and meaning.
An exploration of limits, indoor / outdoor, the border that encloses and builds its defenses clan that allows the circulation of meaning, beyond the chapels became citadels. Narcissisms become goods.

Towards each other, the similar-other in the indefinable otherness always renewed and recognized.


Day of release: Friday, April 25

Getting used to the web-association of authors

Manual


* Photo "The Messenger" Photo André Villers , Michel Butor text, graphics Sampaio - Gift of the artist.

I bring to your shores / echoes antipodes / I matured in my reflux / response of the border

Source : www.webasso-auteurs.net

Haut de page