Aller au contenu
        

La sécurité

Ca se passe en Europe : aux Pays-Bas, le vélo plus mortel que la voiture

vendredi 4 mai 2018 par Admin

Catégorie : Sécurité

Pour la première fois dans le royaume, le nombre de décès de cyclistes a dépassé celui des automobilistes. En cause : la généralisation du vélo électrique.

La petite reine prend des allures de corbillard aux Pays-Bas. Du jamais vu dans le royaume, les pistes cyclables ont été responsables d'un plus grand nombre d'accidents mortels de la circulation que les routes en 2017. Au total, un nombre record de 206 cyclistes ont trouvé la mort sur leur chemin l'année dernière, contre 201 automobilistes, selon les chiffres du Bureau central des statistiques (CBS).

Alors que les accidents mortels sur les routes ont chuté de 30 % entre 2016 et 2017, ceux des cyclistes ont augmenté de 9 % (189 décès en 2016). « La réduction du nombre de décès de la circulation automobile provient en grande partie des progrès techniques rendant les véhicules plus sûrs, comme les airbags », indique le CBS.
Un accident mortel sur quatre

A l'inverse, trois raisons expliquent le renversement de tendance faisant de la petite reine un engin de mort dans le royaume. Contrairement à d'autres pays, la pratique généralisée du vélo en ville n'en fait pas partie. Outre l'usage des téléphones portables en pédalant, l'utilisation généralisée des vélos électriques par une population de plus en plus vieillissante est avant tout à l'origine de la plupart des décès des cyclistes néerlandais.

Dans le détail, un quart des accidents mortels implique un vélo électrique. Une tendance à la hausse avec 17 morts de plus en 2017 par rapport à 2016 pour atteindre un total de 57 décès l'année dernière. Dans les trois-quarts des cas, l'utilisateur du vélo électrique avait plus de 65 ans.

Les seniors, victimes dans deux accidents mortels sur trois

En y ajoutant, les utilisateurs âgés de vélos traditionnels, il apparaît que les deux tiers des victimes d'accidents mortels de vélo étaient des seniors de plus de 65 ans. « Cette proportion est relativement importante, sachant que cette tranche d'âge parcourt le moins de kilomètres », remarque le CBS. A l'inverse, seuls 3 % des cyclistes néerlandais décédés l'année dernière avaient moins de 18 ans.

Face à ces chiffres, l'association néerlandaise des cyclistes, Fietsersbond, recommande aux personnes âgées de suivre une formation avant d'utiliser un vélo électrique.

Le casque obligatoire pour les moins de 12 ans en mars 2017

jeudi 22 décembre 2016 par Admin

Catégorie : Sécurité

Conducteurs ou passagers

A partir du 22 mars 2017, à vélo, le port d'un casque certifié devient obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, qu'ils soient conducteurs ou passagers.

Excellent pour la santé, comme pour la qualité de l’air, le vélo est de plus en plus plébiscité par les pouvoirs publics. Mais la bicyclette, comme disent les anciens, n'est pas sans danger. Elle nécessite, dès le plus jeune âge, d’adopter les bonnes habitudes de sécurité. Protéger les plus vulnérables fait donc partie des priorités du gouvernement.

Ainsi, pour réduire la gravité des blessures au visage et les risques de traumatismes crâniens des enfants pratiquant le vélo, le port du casque sera bientôt obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans.

A compter du 22 mars 2017

Le décret relatif à cette obligation est paru ce jeudi au Journal officiel, indique la Sécurité routière dans un communiqué. Il prévoit un délai de 3 mois pour que chaque famille puisse avoir le temps de s'équiper correctement. L'entrée en vigueur de cette obligation deviendra donc effective à compter du 22 mars 2017. L'obligation concernera tous les enfants de moins de 12 ans, qu'ils soient au guidon de leur vélo ou passagers.

Et à ce titre, le ministère de l'Intérieur appelle les adultes à montrer l'exemple. « S'équiper et choisir des équipements de sécurité individuels adaptés, dont le casque à vélo, doit donc s'apprendre dès le plus jeune âge », écrit-il. « À cet égard, il a été constaté que les parents d’enfant équipé de casque sont enclins à en porter déjà un eux-mêmes », souligne la Sécurité routière.

Une protection des risques de blessure

Pour les autorités, cette protection est d'autant plus importante que les chocs à la tête chez les jeunes enfants peuvent causer des traumatismes plus graves que chez les adultes ou adolescents. Le casque diminue ainsi le risque de blessure sérieuse à la tête de 70 %, le risque de blessure mineure de 31 % et le risque de blessure au visage de 28 % (1) .

Une étude récente (2) confirme, quant à elle, le risque plus important de lésions neurologiques dans la tête chez les enfants de 6 ans non casqués, comparés à ceux casqués. Enfin, le port du casque diminue drastiquement le risque de perte de connaissance : à plus de 10 km/h, il passe de 98 % dans le cas d’une tête non casquée à 0,1 % pour une tête casquée.

Et pour ceux qui négligent ces risques, le gouvernement a une autre solution : taper les contrevenants au portefeuille. Si un adulte transporte à vélo un enfant passager non casqué ou accompagne un groupe d'enfants non protégés, il risquera une amende de quatrième classe (90 euros).
La mesure a déjà été largement adoptée par 11 États membres de l'Union européenne. Le port du casque est en effet déjà obligatoire pour tous en Finlande.
L’accidentalité des enfants cyclistes
La Sécurité routière estime à environ 5,5 millions le nombre d'usagers vélo occasionnels ou réguliers âgés de moins de 12 ans. L’accidentalité routière de ces jeunes cyclistes est importante. Elle concerne 181 enfants en 2015 dont 1 enfant a été tué et 170 enfants ont été blessés (71 hospitalisés, selon Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 2015).

De 2011 à 2015), 1 178 enfants de moins de 12 ans ont été impliqués dans un accident de vélo, parmi lesquels 26 enfants ont été tués, 442 enfants ont été blessés hospitalisés, 665 enfants blessés légers et seulement 45 enfants ont été indemnes. « 91 % de ces accidents (et 85 % des décès) se sont produits en agglomération », précise toutefois l'ONISR.

Au passage à l'heure d'hiver : soignez votre sécurité !

lundi 31 octobre 2016 par Admin

Catégorie : Sécurité

Au passage à l'heure d'hiver, il est crucial de rester visible sur les routes. Au Japon, Fumiyuki Beppu s'est fait l'écho d'une campagne de sensibilisation menée par Trek.

Le Japon a beau être le pays du Soleil-Levant, c'est davantage l'image d'un soleil couchant sur la saison 2016 qu'auront partagé la semaine passée les champions rassemblés du côté de Saitama pour une dernière exhibition avant la trêve hivernale. Un sentiment renforcé par le froid et la pluie qui ont accueilli les coureurs à leur arrivée dans les faubourgs de Tokyo, où Vélo 101 était représenté par Cheeky Wheel.

Au moment d'entrer dans l'hiver, une transition symbolisée ce week-end par le passage à l'heure d'hiver dans soixante-seize pays du monde, l'équipe Trek-Segafredo a jugé bon de mener une nouvelle action de sensibilisation à l'attention des cyclistes qui continueront d'exercer leur activité favorite par des jours moins favorables. Etrenné sur la Japan Cup, le kit d'entraînement de la formation américaine se veut particulièrement visible avec son coloris jaune fluo. Un élément de visibilité dont Fumiyuki Beppu s'est fait l'ambassadeur à domicile.

La nouvelle combinaison de l'équipe Trek-Segafredo utilise le concept ABC pour apporter des couleurs fluorescentes qui permettent d'augmenter la visibilité de 53 %. Voire même un peu plus puisque c'est sur le podium du Saitama Critérium – vainqueur du prix de la combativité – que ce maillot a porté celui que l'on appelle communément Fumy. "Sérieusement, il est important de rester attentif à tout moment, où que l'on soit, car vous ne savez jamais quand un accident va se produire, insiste Fumiyuki Beppu. La route se partage et chacun doit faire un effort en ce sens : les automobilistes, les piétons mais aussi les cyclistes. Le vélo est un sport magnifique, très sain, mais c'est tellement regrettable quand un accident se produit qu'il faut mettre tous les éléments de son côté pour éviter une tragédie."

Trek-Segafredo sensibilise à la sécurité

Au moment où les feuillages changent de teinte et que les routes s'encombrent de feuilles mortes, il nous appartient à nous cyclistes de mettre un peu de couleurs dans le morne paysage automnal. Des couleurs vives qui viendront contraster avec celles de la lueur du jour. Rappelons qu'en France, le changement d'heure entraîne chaque année un pic d'accidentalité. Pensez à bien vérifier votre équipement en cette période de l'année. Les cyclistes urbains seront notamment invités à vérifier leur éclairage et à porter un gilet rétroréfléchissant tout en empruntant bien les voies cyclables aménagées à cet effet.

Ces bons conseils appliqués, la trêve hivernale peut débuter. Pour la petite histoire, c'est un arc-en-ciel qui se sera élevé au pays du Soleil-Levant, Peter Sagan (Tinkoff) en vert s'adjugeant samedi le Saitama Critérium devant Chris Froome (Team Sky), en jaune.

Haut de page